SANTÉ C’est la saison pour ces acariens, et ils mordent !

Ces tiques qui transmettent la maladie de Lyme

 
Vigilance lors des promenades en forêt et même au jardin : le printemps est une période d’activité intense pour les tiques. En cas d’apparition de rougeurs sur la peau, consultez un médecin.

Avec le printemps, les tiques sont de retour. Ces acariens, présents en forêts, dans les prairies mais aussi dans les jardins, sont loin d’être inoffensifs.

« Une piqüre de tique ce n’est pas dramatique, mais ce n’est pas anodin », résume Jean-François Cosson, chercheur à l’Inra.

• Vecteur de la maladie de Lyme

La morsure de tique peut transmettre la maladie de Lyme. Toutes les tiques ne la transmettent pas - il faut que la tique soit elle-même infestée pour vous rendre malade -, et toutes les personnes piquées par une tique infectée ne contractent pas forcément une maladie de Lyme.

• Observez votre épiderme

Si, après vous êtes fait mordre par une tique, vous observez sur votre peau un « érythème migrant » (halo rouge) : consultez un médecin. C’est le signe de la maladie de Lyme. À ce stade, un traitement antibiotique peut enrayer la maladie. Sans traitement, Lyme peut avoir de lourdes conséquences et provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être invalidantes.

• Polémique autour du diagnostic

Le diagnostic de la maladie de Lyme, en dehors de l’érythème migrant, est très complexe à établir. Depuis quelques années, il existe une polémique entre associations de patients et autorités médicales autour de la fiabilité des tests pour détecter cette maladie, mais aussi de l’existence ou non d’une forme « chronique » de Lyme, dont souffriraient, au long cours, des patients réfractaires au traitement ou pour qui l’on n’aurait pas détecté la maladie dans un premier temps. Faute de signe évident comme l’érythème migrant.

Pour tenter de désamorcer les tensions, le précédent gouvernement a mis en place un plan Lyme en 2016. Il doit déboucher sur un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) qui « servira de base à la mise en place d’un parcours gradué de soins, comprenant les médecins généralistes, des centres de compétence pluridisciplinaire dans chaque région et 5 centres de référence interrégionaux. Ils seront mis en place en janvier 2019, sous l’autorité des agences régionales de santé ».

Ce plan, en cours d’élaboration à la Haute autorité de santé après consultation des médecins et des malades, devrait être présenté prochainement.

• Comment se protéger ?

Pour vous protéger des morsures de tiques lors de vos promenades en forêt, utilisez des répulsifs et portez des vêtements couvrants et de couleur claire. Évitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses, privilégiez les chemins balisés et ne vous étendez pas dans l’herbe. Inspectez-vous au retour de vos balades.

• Comment enlever la tique ?

Si vous constatez la présence de tiques, n’appliquez aucun produit. Retirez toutes les tiques le plus rapidement possible, en utilisant un tire-tique (vendu en pharmacie) ou à défaut, une fine pince à épiler, perpendiculairement à la peau, en tournant doucement dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et en évitant d’arracher la tête de l’animal. Ne désinfectez qu’après avoir enlevé la tique.